Et dire que...

Le monde de la télé-réalité (Star Ac’, L’Île de la Tentation, Secret Story...)  semblait quelque chose d’absurde, il y a encore quelques années...

Mais vous savez quoi? Hier soir, lessivée par la montagne de boulot accompli, ainsi qu’à l’idée de ce qui me restait à accomplir le jour suivant, je me suis prise à envier ces candidats insouciants qui ont intégré hier soir le Big Brother Brasil 2011. Big Brother, une espèce de Loft Story à la brésilienne, concept ayant été adopté par la majorité des pays et qui marche encore dans certains (le Brésil en est à sa 11ème édition, c’est dire...). Embarquer dans une aventure insouciante, sans avoir à se préoccuper du lendemain, acte inconscient ou pas, qu’importe, je me suis réellement surprise à les envier. Vouloir fuir les responsabilités est une perpétuelle tentation, décidément. On ne les fuit pas bien longtemps, hélas, elles nous rattrapent où qu’on aille, tôt ou tard, et plus tôt que tard.

Le seul hic serait cette histoire de caméras, moi qui déteste l’exposition, micros et tout ce qui s’ensuit. Ça, ce serait plus gênant. Et le fait d’être enfermé, de se prendre la tête avec tout le monde, pour mieux se réconcilier le lendemain, stratégies de jeu… Ah bah, l’être humain se fait à tout, on est capable de tout. Même de s’adapter à ce genre de situation burlesque.

Je divague.