Je me disais assez sereine à l'approche de ce match. Après tout, pourquoi s'en faire? Que le meilleur gagne et après tout, étant brésilo-camerounaise d'origine, il allait de soi pour moi que je sortirais toujours gagnante, quel que soit le résultat.

Eh oui, cela allait de soi.

Et pourtant...

Le match a été loin d'être un long fleuve tranquille au sein de la famille. Ma mère, ma soeur, mon frère et moi y avons assisté tel un film de suspense, avec tout ce que cela pouvait bien contenir: rebondissements, coups de frayeur, doutes, sueurs froides, appréhension, espoir.

Rien qu'un match, me dites-vous? Rien que du sport? Certes. Enfin, pour les autres. Pour moi, il en allait de tout autre chose. Un peu comme si tout le coeur (ou ses deux moitiés) y était en jeu. La peur au ventre, comme si on désirait que rien n'aille de travers pour aucune des deux équipes. Concrètement, qu'aucune des deux équipes ne se fasse évincer.

Hélas, pas question que les deux soient épargnées! À la clé, une place en huitième de finale en jeu. De plus, de par ses résultats aux matchs précédents, l'équipe du Cameroun se trouvait déjà bien en très mauvaise posture. Malgré tout, je souhaitais qu'elle montre le meilleur d'elle-même. Il en allait de même pour l'équipe du Brésil.

Cruel déchirement.

Résultat des courses: 4-1 pour le Brésil. Qualification en huitième de finale pour la Seleção et élimination des Lions Indomptables.

À la fin, on se dit que les carottes étaient déjà bel et bien cuites pour les Lions Indomptables, et que le Brésil se devait d'afficher, quant à lui, un bon score pour continuer dans la course. Ça sert un peu de lot de consolation, il y a de quoi être soulagé pour le Brésil, même si une partie de nous regrette sincèrement que le Cameroun n'ait pas davantage brillé lors de cette Coupe (sans parler du comportement décevant de certains joueurs et leur manque cuisant d'esprit d'équipe).

Le sport et les critères footballistiques, à dire vrai, je les laisse aux experts. En ce qui me concerne, à dire vrai, c'est davantage l'honneur, l'attachement aux origines, aux cultures et aux sentiments que j'entretiens avec chaque pays qui me font vibrer à chaque match de la Coupe du Monde.

Curieux, non?

Cameroun-Brésil et qualification en huitième de finale